réintroduction du bar rayé dans le fleuve Saint-Laurent

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Photo: Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Le bar rayé (Morone saxatilis) est une espèce indigène autrefois abondante et prisée des pêcheurs pour sa fougue et sa chair délicate. Sa surexploitation par les pêches sportives et commerciales ainsi que la dégradation de ses habitats auraient grandement contribué à sa disparition du fleuve Saint-Laurent à la fin des années 1960. À la suite de longs efforts de réintroduction et de conservation amorcés en 2002 par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, en collaboration avec plusieurs partenaires, le bar rayé fait un retour remarqué dans les eaux du Québec. Bien que son rétablissement dans le fleuve Saint-Laurent soit encourageant, les efforts de conservation doivent être maintenus afin d’assurer sa pérennité.

Portrait de l’espèce

Le bar rayé tient son nom des rayures horizontales foncées qui ornent ses flancs argentés. Le dos du bar rayé exhibe une coloration variant de vert olive foncé au noir, tandis que son ventre est blanc. Son dos est paré de deux nageoires, dont l’une est épineuse.

Aire de répartition

L’aire de répartition naturelle du bar rayé s’étend le long de la côte Atlantique nord-américaine, du fleuve Saint-Laurent jusqu’au fleuve Saint Johns en Floride et aux tributaires du golfe du Mexique. Au Québec, limite septentrionale de l’aire de répartition de l’espèce, le bar rayé peut atteindre près d’un mètre et vivre une vingtaine d’années. La répartition de cette espèce migratrice dans les eaux québécoises varie selon les saisons. En hiver, les bars rayés se regroupent principalement aux environs de la ville de Québec jusqu’à l’île aux Grues. Au printemps, ils se déplacent pour la reproduction et l’alimentation. C’est durant la saison estivale que la répartition du bar rayé est à son apogée; on peut alors l’observer de Montréal jusqu’à la baie des Chaleurs, en passant par la rivière Saguenay et, à l’occasion, la Côte-Nord.

Reproduction

Le bar rayé commence à se reproduire vers l’âge de 3 à 5 ans. La fraie se déroule au printemps, en eau douce, et ne dure que de 2 à 4 semaines. Le bar rayé fraye près de la surface de l’eau et les ébats donnent souvent lieu à des sauts, des battements de queue et des éclaboussements. La croissance et la survie des jeunes bars rayés sont fortement influencées par les conditions environnementales. Conséquemment, le nombre de jeunes varie énormément d’une année à l’autre, ce qui explique les grandes fluctuations d’abondance qui caractérisent cette espèce.

Alimentation

De nature grégaire, le bar rayé se déplace et s’alimente en banc, principalement le long des côtes. À l’instar de la fraie, il n’est pas rare de voir le bar rayé à l’œuvre près de la surface de l’eau lorsqu’il s’alimente. Prédateur opportuniste, le bar rayé ne fait pas la fine bouche. Les jeunes bars rayés se nourrissent surtout de petits crustacés, de vers et d’insectes. Plus ils grandissent, plus les poissons représentent une part importante de leur alimentation, tant et si bien qu’à l’âge adulte, le bar rayé est essentiellement piscivore.

Les petits bars rayés peuvent être la proie de plusieurs espèces de poissons de grande taille, y compris de leurs congénères. Cependant, les adultes comptent peu de prédateurs, l’homme étant sans contredit le plus redoutable.

Pêche sportive au bar rayé

La population de bars rayés du fleuve Saint-Laurent a le statut d’espèce en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril du Canada, ce qui en interdit formellement l’exploitation.

Cependant, des bars rayés originaires du Nouveau-Brunswick sont également au Québec lorsque la température de l’eau est suffisamment clémente. Les bars rayés observés en Gaspésie durant l’été appartiennent principalement à cette population, dont l’abondance a augmenté de façon importante au cours des dernières années.

Le retour du bar rayé au Québec suscite un engouement auprès des adeptes de la pêche sportive. Cette activité est en plein essor au sud de la Gaspésie depuis qu’elle y est permise. En 2020, la pêche au bar rayé est permise du 15 juin au 31 octobre, suivant certaines conditions, dans un secteur situé à l’est des villes de Forestville et de Rimouski. Pour connaître tous les détails, visitez la section Pêche du site Web du Ministère.

À ne pas manquer!

Prochainement, le Musée de la civilisation présentera une exposition consacrée au développement de la pêche sportive en eau douce au Québec : https://www.mcq.org/fr/exposition?id=820537.

Si vous manquez d’inspiration pour apprêter et déguster vos prises, vous pouvez suivre les conseils du chef Stéphane Modat grâce au livre Cuisine de pêche paru en octobre 2019 aux éditions La Presse :

https://editions.lapresse.ca/products/cuisine-de-peche

Documentaire réalisé en 1960 par Maurice Proulx :

https://www.youtube.com/watch?v=Dl_L1gL-mOE

870, avenue de Salaberry, bureau 105
Québec, Québec, G1R 2T9

  418-648-8079

  info@strategiessl.qc.ca

  http://www.strategiessl.qc.ca/

   https://www.facebook.com/strategiessl/

  https://twitter.com/strategiessl